United Arab Emirates, Nepal · 19 Days · 29 Moments · October 2017

Le journi de Tamara - Népal


8 November 2017

Bonjour tout le monde ! Faute de connexion internet, ça fait très longtemps que je n'ai rien posté ici... je vais essayer de rattraper ça ces prochains jours ! Entre temps, nous avons presque fini le trek, tout s'est très bien passé malgré le froid et quelques petites douleurs. Photos à venir!

5 November 2017

Trek, jour 13 [3/3]: nous profitons d'être au sommet du col pour grignoter un peu, puis entamons la descente de l'autre côté. La neige et la glace couvrent encore de nombreux rochers, rendant le chemin glissant. Et c'est sans compter tous les petits cailloux lâches prêts à déraper aussitôt qu'on marche dessus. J'utilise encore une fois mes microspikes avec soulagement. Dire qu'en temps normal, ils ne sont censés être utiles que pour une vingtaine de mètres sur ce col...! Nous parvenons heureusement au bas de la pente sains et saufs. Après cela, le chemin remonte brièvement avant de déboucher sur une vallée verdoyante qui longe une rivière. Vous l'aurez compris, plus de neige, heureusement. Nous descendons la vallée sans encombres et arrivons au Cho La Pass Resort, dans le village de Tagnag, où nous nous affalons sur les bancs de la salle commune. Nous n'en bougerons presque plus jusqu'au coucher !
Trek, jour 13 [2/3]: nous continuons notre chemin dans la neige, traversant plusieurs rivières gelées, et arrivons à la 1ère montée substantielle du jour: encore une fois un amas de roches instables, certaines assez hautes, qu'il faut escalader en s'aidant des mains, tout ça sur de la neige et en portant un immense sac. Une partie de plaisir ! Nous en venons finalement à bout, pour nous trouver face à une seconde difficulté : une sorte de corniche couverte d'une épaisse couche de neige et de glace, sur laquelle nos pieds dérapent fréquemment... je ne tarde pas à dégainer mes microspikes, mais même avec eux, la progression est lente et compliquée. Olivier a bien du mérite de ne pas glisser, lui qui n'a pas de microspikes ! Après une longue traversée, nous arrivons face à une ultime montée abrupte. Et puis c'est le sommet, orné de drapeaux de prière, offrant une jolie vue sur l'Ama Dablam.
Trek, jour 13 [1/3]: malheureusement, mon téléphone ne supportera pas bien le froid ce jour-là, donc pas de photos pour l'instant... il faudra attendre qu'Olivier trie celles qu'il a prises avec son réflexe. Nous nous réveillons avant l'aube et découvrons par la fenêtre un paysage enneigé. Je me félicite d'ores et déjà d'avoir acheté des "microspikes", sorte de crampons métalliques qui peuvent s'accrocher à n'importe quelles chaussures grâce à des lanières en caoutchouc. Après nous être rassasiés de porridge, nous partons en direction du Cho La, un deuxième col, à 5420m cette fois-ci. Après à peine quelques minutes de marche, nous croisons d'autres trekkers qui nous montrent des traces dans la neige. On dirait des pattes de chat, en plus grandes et, logiquement, plus espacées... un gros chat... les autres trekkers misent sur un léopard des neiges, et plusieurs autres personnes que nous croiserons par la suite partageront cet avis... mais on ne pourra pas voir la bête pour en être sûr !

4 November 2017

Trek, jour 12: nous partons finalement de Gorak Shep après une 2ème nuit qui, pour moi, aura été bien meilleure que la 1ère (en effet, la 1ère, à cause de l'altitude, je m'étais quelques fois réveillée en sursaut avec l'impression de suffoquer... apparemment, c'est courant). Nous parcourons en sens inverse le même chemin que nous avions emprunté depuis Lobuche. Nous nous arrêtons dans ce village pour manger et continuons notre route en direction de Dzonglha. Cependant, mon inflammation au talon s'est aggravée, chaque pas me fait mal, au point que je commence à douter de ma capacité à traverser le col de Cho La le lendemain. Heureusement, en discutant avec Olivier, nous finissons par trouver une solution : il me prête sa 2ème paire de chaussures, des baskets de trail, qui me vont bien avec deux paires de chaussettes ! C'est donc soulagés que nous arrivons à la lodge Mountain Home à Dzonglha.

3 November 2017

Trek, jour 11: nous nous levons très tôt afin de voir le lever de soleil depuis Kala Pattar, un pic haut de 5545m, connu pour sa belle vue sur l'Everest. Mais dehors, le froid est si mordant que nous ne tardons pas à ne plus sentir nos doigts et nos orteils, en dépit des gants et épaisses chaussettes que nous portons. Alors nous renonçons au lever de soleil et décidons de réessayer plus tard dans la journée. Nous patientons devant un bon petit déjeuner. Nos amis chaux-de-fonniers, qui sont dans la même lodge que nous, nous expliquent que leur montre de rando indiquait -8 degrés dans la chambre! Après le repas, nous recommençons l'ascension ; la température est déjà plus clémente, rendant la raide montée bien plus agréable qu'à l'aube. Comme pour le Chhukung Ri et le Kongma La, je dois m'arrêter souvent pour reprendre mon souffle. Mais la vue au sommet vaut largement l'effort ! Après être redescendus, nous décidons de nous reposer à la lodge, où nous restons une 2ème nuit.

2 November 2017

Trek, jour 10: faute de batterie sur mon téléphone, la seule photo du jour a été prise depuis notre chambre à Lobuche. La température y était glaciale, l'eau dans nos gourdes ayant même gelé pendant la nuit. Et ce n'était pas près de s'arranger, l'objectif du jour étant de grimper encore plus haut, jusqu'au village de Gorak Shep situé à 5160m d'altitude. La marche longe la moraine du Khumbu Glacier et, encore une fois, monte et descend par intermittences. Après 2h30-3h, nous arrivons à Gorak Shep, un endroit hostile entouré de terrains gris, pierreux et sablonneux, regroupant seulement une dizaine de bâtiments, surtout des lodges. Nous choisissons la Buddha Lodge. Après un bon dal bhat, Olivier et moi marchons 15-30 min en direction du camp de base de l'Everest, dans le but de voir un mémorial en l'honneur de Rob Hall et Andy Harris, guides décédés sur l'Everest en 1996. Nous trouvons plusieurs de ces monuments, mais pas celui consacré à eux. Malgré tout, la balade est intéressante.

1 November 2017

Trek, jour 9 [2/2]: imprégnés des vues du sommet, nous entamons la descente de l'autre côté du Kongma La, en direction de Lobuche. Un peu comme pour la dernière portion du Chhukung Ri, le chemin est constitué de rochers entassés, certains bancals, donc il faut avancer très prudemment, parfois à l'aide des piolets, parfois à l'aide des mains. Olivier remarque qu'il s'est un peu tordu la cheville, la veille, car il commence à en souffrir. Mais il tient bon et nous arrivons finalement au bas de la pente. Il ne reste plus qu'à traverser le Khumbu Glacier. Ce dernier est du même acabit que la descente précédente, plein de roches instables. La différence est qu'il est composé d'une multitude de petites montées et descentes, chaque colline cachant un creux suivant. Après une éternité, nous parvenons de l'autre côté, Lobuche bien en vue au bas d'une dernière pente. Nous y trouvons une lodge (Above the Cloud) et nous offrons un repos bien mérité.
Trek, jour 9 [1/2]: nous nous réveillons à l'aube, avalons en hâte un porridge, et commençons à marcher en compagnie de Julian, Carolina et notre guide du jour, Nima. L'objectif du jour : rejoindre Lobuche via le Kongma La, un col à 5535m. L'ascension semble interminable, car elle est constituée d'une succession de montées très raides et de petits plateaux. Nous avançons lentement, le souffle court. L'oxygène se raréfie. Et puis finalement, après plus de trois heures, nous atteignons le col, marqué par un amoncellement de pierres et par des drapeaux de prière. Nous prenons des photos, mangeons un peu, puis il est déjà temps de redescendre.

31 October 2017

Trek, jour 8: journée d'acclimatation à Chhukung. Mais comme il ne faut pas rester oisifs, nous décidons de gravir le Chhukung Ri, un pic avoisinant qui culmine à 5546m. La montée est très raide et, pour moi, très pénible, d'autant plus que mon talon commence à me faire souffrir (sûrement une inflammation due à une pression de ma chaussure). Je marque de nombreux arrêts pour reprendre mon souffle et parviens finalement à une sorte de plateau non loin du sommet. Olivier m'y attend et nous entamons la dernière montée ensemble. Le terrain change, nous nous déplaçons maintenant sur des amas de pierres instables, devant parfois nous aider de nos mains pour sécuriser notre avance. Mon vertige finit par me rattraper à une 20aine de minutes du sommet et je décide de laisser Olivier continuer sans moi. Je ne m'ennuie pas pour autant, en l'attendant, car le panorama offre une superbe vue sur l'Ama Dablam. Finalement, nous redescendons et nous reposons avant le passage du col prévu le lendemain.

30 October 2017

Trek, jour 7: trajet entre Dingboche et Chhukung. C'est une assez petite marche qui nous attend, d'environ 2h. Arrivés à la lodge "Chhukung resort", nous remarquons que nos amis argentins, Julian et Carolina, ont choisi la même habitation que nous. Nous passons un peu de temps avec eux, puis partons nous balader en direction du camp de base de Island Peak. Comme nous avons entamé notre promenade un peu tard, nous retournons sur nos pas avant le camp en question, afin d'éviter le brouillard caractéristique des fins d'après-midi dans le Khumbu. Une fois revenus au village, nous parcourons plusieurs lodges pour connaître les différents prix des guides pour le Kongma La, un col que nous avons prévu de traverser le surlendemain. C'est là que nous faisons la connaissance d'un yak apparemment très intéressé par les momo cuisinés dans une des logdes en question ^^

29 October 2017

Trek jour 6: trajet entre Pangboche et Dingboche. La neige de la veille est restée en fine couche sur le sol, les arbres, les rochers. Le trajet est féerique, nous nous approchons toujours plus des montagnes, sous un superbe soleil. De plus, grâce à la journée d'acclimatation, nous pouvons avancer assez facilement. Le sac d'Olivier lui fait encore un peu mal au dos, mais moi par contre, je ne le sens presque plus. Nous arrivons à Dingboche tôt dans la journée, trouvons une lodge (Snow Lion) et y mangeons un des meilleurs dal bhat du séjour. Vu que le temps se couvre dans l'après-midi, nous décidons de nous accorder une demi-journée de repos. Comme nos amis argentins sont dans la même lodge que nous, nous passons une bonne partie du temps à discuter avec eux.

28 October 2017

Trek jour 5: nouveau jour d'acclimatation, depuis Pangboche cette fois. Nous décidons de monter jusqu'au camp de base de l'Ama Dablam, situé à ~4600m. Nous marchons très lentement pour ne pas risquer le mal d'altitude, et l'ascension paraît donc interminable. Après chaque petite colline, je crois à tort que nous sommes arrivés. J'avoue être un peu démotivée, surtout que le temps est très couvert. Mais une fois à 4600m, nous trouvons une lodge qui sert à manger. Pendant le repas, nous rencontrons un couple d'Argentins avec qui nous sympathisons. Et aussi, le plus drôle, une groupe de trois Chaux-de-Fonniers; nous avions d'ailleurs rencontré l'un d'eux à Katmandou. Après le repas, nous allons au camp de base et le ciel se découvre un peu, nous apercevons la fameuse montagne. Après quelques photos, nous redescendons. Le brouillard est dense et il commence à neiger. Finalement, à Pangboche nous allons dans un café où nous retrouvons par hasard tous nos amis rencontrés durant le trek!

27 October 2017

Trek, jour 4: nous quittons Namche Bazar sous un magnifique soleil et prenons la route pour Tengboche. Ça commence par un chemin sur des crêtes avec de jolies vues sur l'Ama Dablam et peut-être aussi l'Everest, au loin. Ensuite, le sentier descend dans la forêt. Nous traversons plusieurs villages et nous arrêtons dans le dernier avant les 2h d'ascension pour Tengboche. Le temps est magnifique et nous pouvons savourer notre dal bhat sur la terrasse. Un trekker chinois que nous avions rencontré à l'aéroport de Katmandou nous retrouve par hasard et nous discutons un moment. Finalement, nous repartons en direction de Tengboche. Le temps se couvre, nous arrivons dans la brume et le froid. Mais cela ne nous décourage pas: après un thé chaud, nous décidons de continuer jusqu'à Pangboche, comme il est encore tôt. Le chemin dans la forêt est assez facile à part une dernière petite montée un peu fatigante. Nous arrivons enfin et trouvons une lodge (Buddha lodge) sympa mais rudimentaire!

26 October 2017

Trek, jour 3: Jour d'acclimatation à Namche Bazar. C'est-à-dire que nous gardons la même lodge à Namche Bazar pour une deuxième nuit, mais nous faisons quand même une rando dans les environs. Nous passons près de Shyangboche, puis par Khumjung et Khunde, des villages sherpa. Nos muscles sont encore fatigués donc la montée est pénible, mais il y a aussi pas mal de plat et de descente après les villages, heureusement !
Se réveiller à Namche Bazar avec cette vue-là, ça n'a pas de prix. Surtout que c'est une surprise: la veille, la montagne était cachée par la brume.

25 October 2017

Trek, jour 2: Après un réveil à 6h et un bon petit-déjeuner, nous partons en direction de Namche Bazar (3340m). Avec ses 1000m de montée, cette marche est réputée pénible. Et avec un énorme sac sur le dos, je confirme, c'est le cas! Malgré tout, je suis contente de porter mes affaires moi-même, pour le défi, mais aussi parce que les porteurs sont chargés comme des mules, littéralement. La majorité du trajet se fait dans la forêt, surplombant une rivière. D'innombrables ponts suspendus la traversent, encore plus vertigineux que la veille. Mais ça n'a pas l'air d'impressionner les yaks. Dans la matinée, nous passons aussi par plusieurs hameaux. Nous mangeons un bon daal bhat à Jorsale, le dernier village avant la grosse montée pour Namche. Après encore deux bonnes heures d'efforts, nous arrivons enfin dans le village. Nous y trouvons une chouette lodge et même une petite boulangerie-pâtisserie avec du wifi gratuit. Nous passerons deux nuits dans cette ville, afin de nous acclimater.

24 October 2017

Après un repas à Lukla, nous entamons le trek en direction de Phakding. Nous traversons un pont vertigineux, longeons et croisons des rivières turquoise et sommes même ralentis par un troupeau de yaks. Arrivés à Phakding, comme le jour commence à baisser, nous décidons de nous arrêter là pour la nuit (c'est en plus ce que préconise le Lonely Planet) dans la Snowland lodge. Il fait déjà très froid dans notre petite chambre en bois, on n'imagine pas comment ça sera plus en altitude 😅
Jamais deux sans trois ! Cette fois, nous avons enfin pu embarquer sur le vol pour Lukla! Nous n'aurons jamais été aussi excités à l'idée de prendre un avion ✈️ Après une attente quand même considérable dans le terminal puis le minibus, nous entrons enfin dans l'appareil. Il est minuscule, ne pouvant accueillir que dix-huit passagers et trois membres d'équipage. L'hôtesse nous distribue des morceaux de ouate à mettre dans nos oreilles pour couvrir le bruit des hélices. Et finalement, nous décollons. Nous survolons la ville de Katmandou, puis des collines qui se transforment peu à peu en montagnes. Elles semblent déjà hautes. Soudain, déchirant les nuages, apparaissent les premiers géants de l'Himalaya, surréalistes. Tout le monde tente de les observer et de les photographier. Finalement, l'avion entame sa descente vers l'aéroport de Lukla. Il traverse quelques couches de nuages et se pose tout en douceur sur la minuscule piste d'atterrissage, sous les applaudissements des passagers.
Apparemment, notre idée de changer de compagnie hier était plutôt bonne, bien qu'aucun vol pour Lukla n'ait encore décollé ce matin. En effet, en arrivant à l'aéroport à 7:30 pour notre avion prévu à 8:30, nous allons au comptoir où travaillent les mêmes hôtesses que la veille. Elles nous apprennent qu'il reste deux places sur le premier vol (prévu à 6h et quelques, toujours pas parti^^). Nous pouvons donc enregistrer nos bagages et aller patienter vers la porte d'embarquement. Allez on y croit, si le temps se dégage à Lukla, nous serons parmi les premiers à décoller 🤞🏻

23 October 2017

Aéroport, jour 2: après des estimations pessimistes sur le départ pour Lukla, nous décidons de changer notre vol pour Phaplu, qui est à 2.5-3 jours de marche de Lukla. Nous rencontrons divers voyageurs sympa dans le même cas que nous et échangeons nos espoirs et nos idées d'alternatives. Mais finalement, c'est peine perdue, la priorité est donnée aux vols pour Lukla qui étaient censés partir vers 6h-7h du matin (le nôtre était programmé à 11h, aucune chance de voler pour Lukla même si nous avions gardé ce vol-là). Nous changeons finalement de compagnie aérienne car nous entendons que des places se sont libérées sur un vol pour Lukla à 8:30 le lendemain matin. Et s'il est annulé aussi, nous changerons de plan et irons Pokhara pour le circuit des Annapurnas!

22 October 2017

Nous profitons de notre fin de journée imprévue à Katmandou pour visiter un peu la ville. Olivier a repéré des quartiers sympa avant mon arrivée, et il me sert donc de guide. De nombreux bâtiments sont ornés de balcons en bois sculpté, donnant beaucoup de charme à des rues même pas spécialement connues. Nous finissons la soirée par un souper dans un restaurant indien, pour ne pas trop dépayser Olivier ;)
Finalement, retour à Katmandou, le vol pour Lukla n'a jamais décollé... on retentera notre chance demain!
Bon, puisque vers 11:30 on n'a toujours pas fait le check-in et que ce n'est pas près d'arriver, vu les conditions météo à Lukla, on décide de ressortir de l'aéroport et d'aller manger. On tombe par hasard sur un petit restaurant appelé Tia canteen, plein de Népalais, et on y commande des momo, du daal et du chow mein. Tout est un peu piquant, très bien assaisonné, c'est un parfait premier repas népalais pour moi :)
Vous avez déjà entendu la meilleure blague de 2017? "Le vol Katmandou-Lukla partira à 9:30". Hahahaha 9:22 et on n'a toujours pas pu enregistrer les bagages 😂
Verdict du vol en business class: fa-bu-leux! Une place immense pour les jambes, des petites attentions de bienvenue et surtout, surtout, des repas qui n'ont rien à envier aux restaurants européens les plus branchés. Mon choix: mezze, poulet mansaf et mousse à la framboise.
À peine débarquée à Abou Dabi, je me dirige vers un comptoir dans l'espoir de pouvoir enfin m'enregistrer. Je fais la file et, alors que tous les autres passagers sont redirigés facilement vers leur porte d'embarquement, on me dit de patienter. Je commence à me dire que mes craintes étaient fondées. Par contre, je me suis rappelé peu avant d'atterrir qu'il y avait un autre vol pour Katmandou plus tard dans la journée, donc je me raccroche à cette idée. Je ne pourrais en effet pas me permettre d'arriver un autre jour, car ça me ferait rater le vol Katmandou-Lukla. Je patiente, on m'informe que le vol est effectivement overbooké, j'explique ma situation, on me dit qu'il y a une chance que je l'aie quand même, je re-patiente et puis finalement, on m'annonce que je ne peux pas embarquer. Mais, à ma plus grande joie, on m'enregistre sur le prochain vol, 4h plus tard et on m'offre divers dédommagements: un bon de 200$ pour un prochain vol, des coupons-repas et un surclassement en business !

21 October 2017

Je retrouve enfin Olivier après une attente interminable à l'aéroport de Katmandou. Et pas le temps de souffler, demain matin 9:30 nouveau vol!
Mon voyage débute à Zurich dans une ambiance stressante: on ne peut pas m'enregistrer au guichet pour mon troisième vol (Abou Dabi - Katmandou) et je n'y parviens pas non plus sur internet. Pire, un message m'indique qu'il n'y a pas assez de sièges pour tous les passagers... Mais je ne peux rien y faire pour le moment, j'ai encore deux autres avions à prendre avant d'être fixée. Je passe mon vol Zurich-Belgrade à m'angoisser en pensant à ce que je ferais en cas d'overbooking. De plus, l'avion décolle avec 40 min de retard, et je suis supposée n'avoir que 1h de transit à Belgrade. Mais finalement, j'arrive à prendre l'avion suivant tout à fait dans les temps et, miraculeusement, je m'y endors très rapidement. Je me force quand même à me réveiller pour manger mon repas chaud avant de sombrer à nouveau dans un sommeil réparateur. Je me réveille bien plus détendue, sur le point d'atterrir à Abou Dabi. Mais c'est là que les choses se compliquent...